On voulait voir le Delta du Parnaíba, composé d’îles, de mangrove, de dunes et nombreux animaux. Ce n’était pas chose simple. Il ne se propose pas bcp d’alternatives pour le visiter (à petit budget) et on a dû se rabattre sur un gros bateau de 62 personnes. Petite déception pour David qui n’a pas pu le découvrir en tant qu’environnementaliste !

Cependant, c’était une bonne expérience car on a participé à une balade du samedi typiquement comme les aiment les touristes brésiliens : on embarque à 9h et on remonte le fleuve Parnaíba jusqu’à l’embouchure, passage dans la mangrove, la rivière longe ensuite les dunes. Ambiance sur le bateau : bières gelées, MPB (musica popular brasileira) à fond, tours de boue tractée, 2 arrêts baignade suivis de déjeuners copieux à 10h, 13h, et à 15h la « caranguejade » : orgie de crabes de mangrove à volonté chacun avec son marteau et sa planche. Comme a dit notre voisin de table après le 2ème repas : « agora, minha unica preocupacão são os caranguejos !» (maintenant, mon unique préoccupation sont les crabes !). Malgré tout le barulho (bruit) de notre disco flottant on a quand même vu 1 singe (qui doit être sourd).

Sinon à Parnaíba, pas grand-chose à part la pizza californienne : jambon, fromage, tomate, ananas, mangue, raisins secs, le 1er soir et la « torta de caranguejos » (soufflé de chair de crabe) dégustée le 2ème soir au bruit d’un concours de sono de voiture jouant du forró.

Le coin historique est le « Porto das barcas », l’ancien port et entrepôts qui servaient à l’export de coton et canne à sucre à la belle époque et avant que la rivière ne s’ensable. Aujourd’hui s’est restauré en agences de tourisme et restos bars.

A Parnaíba la France bat le Pays de Galles en demi-finale !

<<<< voir l’album n°68.