Rester quelques jours à São Luis nous a permis de découvrir la vieille ville construite principalement par les Portugais du 17ème Siècle, et aujourd’hui partiellement restaurée.

On a déambulé dans les rues du vieux centre, profité des spectacles, de la musique surtout du Reggae. Du fait de la chaleur, on marche à l’ombre, et la sieste est une bonne idée vers 14h. La ville et la région du Maranhão ont un fort passé lié à l’esclavage, et plusieurs musées présentent des expos sur ce thème. Un en particulier faisait un parallèle entre les religions « Voodoo » des africains du Bénin, et les religions développées par les esclaves arrivés au Brésil. Un autre présentait toutes les fêtes qui existent dans la région et même si on n’a pas eu la chance d’en voir se dérouler quand on y était, on comprend que c’est une part très importante de la vie des gens d’ici. Comme si toutes ces fêtes et carnavals avaient été créés pour faire oublier la douleur de l’esclavage ?

On a visité à proximité Raposa, un petit village de pêcheurs qui vivent dans la mangrove dans des maisons sur pilotis,  aussi connu pour les tisseuses de coton qui font un travail très méticuleux.

Une visite qu’on a bcp aimé est Alcântara, à 1h30 de traversée en catamaran de l’autre côté de la baie. La visite des principaux points de cet autre village historique inclus un petit musée installé dans une ancienne maison coloniale, l’église très dorée, et les ruines des palais des barons de la canne à sucre et du coton. L’un d’entre eux s’appelle le « Palais Noir » ironiquement car c’est là qu’étaient vendus les esclaves. Certainement un endroit où on aimerait prendre plus de temps  pour se fondre dans l’ambiance, la prochaine fois ? Au retour, le moteur du catamaran a lâché puis une des voiles s’est déchirée et on a dû être transféré en pleine mer sur un autre bateau !

 

<<< voir album photo n°66.