A partir de là, nous ne ferons que monter le long de la côte nord du Brésil.

Premier arrêt  à « Imbassai » et « Diogo » à peine à 2h de bus de Salvador et on sort de la ville pour deux petits villages tranquilles de pêcheurs. Leur particularité est qu’il y a à la fois la rivière et la mer et… une piste cyclable.

Côté gastronomie, David a sympathisé avec un pêcheur en regardant un match de foot et le lendemain on choisissait notre poisson dans son congel’ et sa femme nous a mijoté une « moqueca » aux poissons et crevettes dans son restaurant. C’était excellent.

Moqueca

Une moqueca est un plat typique  de cette région à base de pâte d’huile de « dende » (palme), de lait de coco frais, oignons, tomates, poivrons et fruits de mer cuit au four. Elle est accompagnée de riz (chouette), de farofa (farine de manioc revenu au beurre), et de pirão (sauce un peu curry épaissie à la farine de manioc)

Puis direction « Mangue seco », l’extrémité d’une péninsule qui pour les brésiliens est l’étape obligatoire de la région. L’arrivée n’est pas facile car on loupe le dernier bus collectif à « Indiaroba » de 16h, obligé de prendre un taxi jusque « Pontal » et on attend  le « tototo » (nom dû au bruit du bateau) pour traverser la rivière qui part lorsqu’il y a 10 personnes ! Au bout 1/2h ouf, on voit débarquer d’un coup 8 personnes (vendredi soir départ en weekend pour les brésiliens). Du haut du phare le panorama est sympa : plage, dunes, baie... Le retour sur la côte très agréable : en bateau à voile de pêcheur suite aux pourparlers de David !

Fruits tropicaux locaux découverts : cupuaçu (origine amazonie), umbu (nord-est du Brésil appelée « caatinga »), acerola (d’Amérique du Sud), cajá (région Bahia), mangaba (région Sergipe).

 

<<< voir album photo n°72. © = photo commentée.